Projet Associatif 2017 - 2021

"Il faut éduquer les enfants sans la compétitivité qui les angoisse mais sur la solidarité qui les renforce, les apaise…" (Pierre RABHI)

Raison d’être et portée du projet associatif

Le projet associatif constitue un repère à échéance 2021 pour l’ENVOL, repère pour ses administrateurs, la direction, les cadres et le personnel de ses établissements et services :

  • par la proposition et le partage continuel de ses valeurs, affirmées comme un ensemble de convictions et conceptions,
  • par l’expression de sa mission et de ses finalités au regard de la richesse de son histoire, des droits inaliénables des enfants, de la compréhension de leurs besoins, du cadre législatif et réglementaire et des orientations définies à l’échelle des territoires régionaux et départementaux,
  • par l’énoncé des principes qui guideront l’établissement de partenariats utiles avec des acteurs parties prenantes de la création, de la mise en pratique et de l’évaluation des dispositifs de protection et d’éducation des jeunes en difficulté, de soutien à leurs familles,
  • par l’affirmation des principes fondamentaux de gouvernance et des repères nécessaires pour assurer la stabilité et la continuité des modes de management et de gestion,
  • par la planification des actions qui seront conduites à court, moyen et long terme,
  • par la définition des conditions de son évaluation.

Le projet associatif permet donc, en particulier :

  • de relier le présent au passé et de se projeter dans le futur (5 ans et plus),
  • de réaffirmer la dimension militante de l’Association,
  • d’identifier les projets à conduire (projets de développement, partenariats, …)
  • d’être visibles en faisant entendre et comprendre à tous qui nous sommes et ce que nous voulons être,
  • d’adresser une parole à l’ensemble des personnels pour appuyer et étayer leurs actions au mieux de l’intérêt des jeunes confiés, pour leur dire : ce que nous aimerions être ensemble, quelles attentes nous avons à l’égard de leur organisation et du management institutionnel et comment nous devons travailler ensemble,
  • de préciser le cadre des relations et des coopérations avec toutes les parties prenantes externes de l’ENVOL : ses partenaires institutionnels, les acteurs réguliers du secteur avec qui nous devons travailler ou voulons travailler en priorité, les autres acteurs économiques et sociaux avec qui nous devrons imaginer et explorer des champs de coopération.

Le projet associatif répond à la question « Comment l’ENVOL peut-elle être reconnue dans son domaine comme un acteur de référence porteur d’une dynamique à l’échelle de la région ? »

Il est donc à la fois « initiateur de projets » (et donc point de repère pour ceux qui les développent), « outil de reconnaissance », « accompagnateur de changements ».

Il conserve la mémoire du fil qui relie l’ENVOL d’aujourd’hui et la congrégation d’hier.

Il clarifie le lien entre l’engagement militant et la réalisation des missions des établissements et services.

On se réfère au projet associatif dans toutes les situations, où il faut savoir agir de manière cohérente, en s’appuyant sur des fondements solides, des valeurs, des principes d’actions qui auront été préalablement clairement déterminés et partagés. Il renforce tout particulièrement la capacité à être réactif et pertinent en cas de crise ou de mutation.

Éléments d’histoire

La Maison d’enfants a été créée en 1804 par la Compagnie des Filles de la Charité, pour répondre à un besoin de formation professionnelle de jeunes filles sans ressources.

En 1816, des ateliers ont été ouverts pour des garçons.

Au fil des années, l’accueil s’est étendu aux orphelins, vers 1866 pour les filles et 1882 pour les garçons, puis progressivement à tous les jeunes dont la situation familiale justifiait un placement que proposaient les services sociaux aux familles. Jusqu’en 1972, c’est le bureau d’Aide Sociale qui assumait la prise en charge financière de certains enfants.

A cette époque, le Service Départemental des Affaires Sanitaires et Sociales a pris le relais du financement, en passant une convention avec l’établissement pour l’accueil de 100 enfants et attribuant un prix de journée pour chaque enfant.

  • 1972 Embauche de personnel compétent et actions en faveur de la formation des personnels en place ;
  • 1976 Création de « La Margelle » : première structure à l’extérieur de l’établissement accueillant des fratries (mixte).
  • 1977 Création de « La Gentilhommière ».
  • 1980 Création de l’Association L’Envol, qui prend le relais de la congrégation.
    1981 Signature d’une convention avec la D.D.A.S.S.. L’établissement est destiné à la prise en charge, en vue d’une réinsertion familiale et sociale des mineurs qui lui sont confiés, par le Service Départemental de l’Aide Sociale à l’Enfance, dans la limite de 72 places.
    Création de « Ty Braz ».
  • 1982 Création de « Ker-Nevez ».
    1983 Création du « Relais » et de « Breiz Avel ». Installation de l’administration place St Pierre.
  • 1984 Direction de l’institution confiée à un directeur laïc.
  • 1998 Création de l’Aparté.
  • 2000 Organisation à Breiz-Avel d’un accueil d’urgence pour les jeunes de 6 à 12 ans.
    Effectif des foyers ramené de 12 à 10 jeunes.
    Elargissement de l’accueil de Ker-Nevez par la mise à disposition d’un studio extérieur.
  • 2001 Ouverture officielle de l’Accompagnement Educatif en Famille (AEF) pour accompagner 14 familles, après 3 ans d’expérimentation.
    Elaboration d’un projet d’accueil diversifié par la Margelle, destiné aux adolescents de 13 à 16 ans.
  • 2002 Fermeture de Ty Braz (passage de 5 à 4 foyers).
  • 2004 Bicentenaire de la Maison d’Enfants.
    Lancement du cycle « Démarche Projet d’Etablissement » avec définition d’orientations 2004-2008 - 2005 Fermeture de la Margelle en septembre.
  • 2006 Profondes modifications : ouverture de « Kairos », de « l’Esquisse » et extension de l’AEF.
    Mise en place d’une politique d’adaptation constante aux évolutions des besoins des jeunes accueillis.
  • 2008-2009 Evaluation interne, propositions d’orientations pour l’établissement
  • 2010 Actualisation du projet de l’Association et définition d’orientation associatives.
    Reprise statutaire des Assistants Familiaux du service KAIROS par le Conseil Départemental
  • 2011 Colloque « Aider au développement des compétences parentales » à l’occasion du 10ème anniversaire de l’AEF. 
    Fin des Placements Educatifs à Domicile au profit de mesures d’AEMO à Moyens Renforcés
  • 2012 Lancement du cycle « Démarche Projet d’Etablissement » avec définition d’orientations 2012-2016
  • 2013 Evolution du Projet de Ker Nevez et diversification des modalités d’hébergement
  • 2014 Evaluation externe réalisée par le Collège Coopératif de Bretagne
  • 2016 Reprise statutaire des Assistants Familiaux du service KAIROS par l’Etablissement
    Evolution du service de l’Esquisse : augmentation de la capacité d’accueil et mise en place d’un service extérieur
  • 2017 Obtention de l’autorisation pour 15 ans par le Conseil Départemental correspondant à l’activité actuelle de l’établissement ;
  • 2017 Création d’un dispositif pour Mineurs Non Accompagnés (MNA) TY TREMEN ;
  • 2018 Création d’un dispositif pour Majeurs Non Accompagnés : LE LOCAL ;

Mission et finalités

Régie par la loi du 1er juillet 1901, conformément à son objet, l’Association l’ENVOL s’inscrit pleinement dans le dispositif d’action sociale en mettant en œuvre « toute action permettant le développement, la promotion et l’épanouissement des enfants, adolescents et adultes, en particulier ceux qui souffrent d’inadaptation, de handicap ou d’exclusion. »

Historiquement implantée dans le département des Côtes d’Armor, son action concerne le territoire administratif de la Région et se réfère à des schémas régionaux et départementaux.

La mission de l’ENVOL est d’abord de répondre aux besoins des jeunes en difficulté qui lui sont confiés, de les aider à grandir et à s’insérer dans une société multiculturelle parfois intolérante et trop souvent vecteur de précarité et d’exclusion. L’expression « jeunes en difficultés », concerne une très grande diversité de jeunes et de situations de plus en plus souvent caractérisées par le cumul de problèmes et la précocité : la détresse des adolescents, voire des enfants, se traduit par des actes de plus en plus graves, exprimant une violence à l’égard des autres ou retournée contre soi-même. Ces situations sont révélatrices d’un état de handicap social.

L’ENVOL veut apporter des réponses à ces jeunes qui souffrent de carences éducatives et, de plus en plus fréquemment, de pathologies installées, exprimant une grande souffrance par des comportements délinquants ou addictifs. Ces comportements, souvent sur le mode de l’agression, peuvent mettre les autres jeunes en danger. Ils entrainent généralement un mode de relation aux adultes littéralement épuisant et un rapport à la structure susceptible de générer l’exclusion.

L’ENVOL a pour finalités :

  • Accueillir, protéger, accompagner et écouter les jeunes dans des structures d’accueil et d’hébergement diversifiés, mais aussi en proposant des services et des solutions « sur mesure ». De telles solutions font appel à la pluridisciplinarité, allient les soins et le soutien éducatif, favorisent la médiation familiale et s’inscrivent dans un travail partenarial et complémentaire avec d’autres institutions.
  • Accompagner les familles et contribuer à tisser des liens intergénérationnels.
  • Apporter des réponses en matière éducative intégrant l’apprentissage du dialogue, du respect, du « prendre soin », de la responsabilité, de la reconnaissance et de la réciprocité.
  • Aller plus loin, pour réfléchir, concevoir et créer des solutions d’accueil et d’accompagnement innovantes pour des jeunes en ruptures qui ne veulent de personne et dont personne ne veut.

En tant que bénévoles, les membres de l’Association contribuent à la défense et à la reconnaissance des droits des jeunes. Cet engagement oriente fondamentalement le projet de l’ENVOL et constitue un régulateur permanent de ses activités et de ses projets.

L’ENVOL se doit d’être également reconnu par ses partenaires comme une force militante, solide, inventive et contributive qui porte haut le fanion de la protection de l’enfance, s’appuyant sur son expertise et son engagement citoyen.

Force d’ouverture et d’anticipation, acteur impliqué dans la vie de la cité, elle est force de propositions et d’actions face aux besoins actuels et émergeants des jeunes et de la société.

Valeurs et Conceptions de l’Association

L’Association l’Envol s’inscrit, se retrouve et promeut les valeurs humanistes. Elle les décline dans les priorités suivantes :

Accepter, respecter et entendre l'Enfant :

L'Enfant en tant qu'être humain est à prendre tel qu'il est, à respecter et à faire grandir en l'écoutant et en l'entendant, reconnu et accepté avec ses différences, accueilli avec ses symptômes qui sont une part de lui-même.

Si l'on n'écoute pas l'enfant, quel adulte va-t-il devenir ? C'est notre avenir qui est en jeu. L'intérêt supérieur de l'enfant, la recherche de son meilleur intérêt, doit guider toute décision le concernant.1

"Si tu ne saisis pas le petit grain de folie chez quelqu'un, tu ne peux pas l'aimer. Si tu ne saisis pas son point de démence, tu passes à côté. Le point de démence de quelqu'un, c'est la source de son charme." (Gilles DELEUZE).

Les jeunes que nous accompagnons ont assez régulièrement « leur grain de folie… » Si nous pouvions prendre « les grains de folie  comme des charmes », ou en tout cas les accepter, ne pas les rejeter…

Agir pour une société inclusive :

Nous sommes dans une société qui met souvent à mal les solidarités.

Il y a des "grains de folie" pouvant être parfois stigmatisant. Certains jeunes ne peuvent rien demander d'autre qu’un endroit où manger et dormir, car pour eux, tout le reste est insupportable. L’Association L’Envol se doit aussi d’être cet endroit.

Accepter l’Autre comme une richesse :

"Respecter cet autre comme je souhaite être respecté"(2). Regarder l'autre avec ses différences mais aussi comme étant semblable à nous-même ; c'est la question de l'altérité.

C'est grâce à l'autre que nous apprenons à nous connaître tout en composant avec une part de dérision afin de ne pas se prendre trop au sérieux, dans l'exercice de nos responsabilités,

"Se sentir mal et être mauvais" est transformé par la rencontre avec un partenaire affectif qui fait germer le désir de s'en sortir... (Boris CYRULNIK cité par Gilles GENDREAU)

"L'empathie, la bienveillance, la gentillesse, l'altruisme, le souci de l'autre existent chez tous les êtres humains comme dispositions fondamentales. [mais] Cette prédisposition demande à être cultivée, stimulée, encouragée et apprise." (E. MORIN)

Construire ensemble dans un partage de savoir :

L’Association L’Envol souligne l'importance de construire et d’avancer avec les autres. Notre savoir ne sert à rien si l'autre ne nous comprend pas ; il faut parvenir à expliquer à l'autre des choses parfois complexes pour construire ensemble.

L’association l’Envol défend le droit au changement et à l'utopie en s’appuyant sur l’expérimentation, la créativité, le droit de penser et d’agir autrement de ses membres.

Respecter le temps de l'autre

L’Association l’Envol s’engage à respecter le rythme de chaque enfant que nous accompagnons, quel que soit ce rythme et sa façon de se construire. Elle n’est donc pas dans une course à la rentabilité.

"…se libérer de la tyrannie du temps. Nos rythmes de vie actuels sont fondés sur des courses permanentes. La vitesse, la précipitation, le zapping mental nous font vivre à un rythme effréné. Il faut nous rendre maître du temps, ce bien plus précieux que l'argent disait déjà Sénèque" (E. MORIN, texte n°6)

Œuvrer pour une évolution personnelle et collective…1

« Le changement sur un plan personnel n'est pas suffisant », mais c'est le seul changement sur lequel on a un peu de maîtrise. Si chacun opère un changement personnel, cela produit un changement collectif.

Plus que les mots, ce sont les actes qui comptent parce que les gens les voient. Nous croyons à l'exemplarité, à la primauté du changement et des initiatives personnelles qui, au bout du compte construisent un monde où chacune et chacun aura sa place. Notre engagement doit y contribuer.

"La réforme de vie est à la fois une aventure intérieure, un projet de vie et un projet collectif" (E. MORIN)

La mise en œuvre de ces valeurs exige :

  • La participation de l’Association L’Envol aux réflexions et aux échanges, à l’échelle départementale et régionale concernant la définition des solutions d’accueil, d’intégration, d’accompagnement ;
  • L’affirmation de son engagement militant1 par le partage et la défense de ses idées au service des enfants accueillis ;
  • La gestion rigoureuse et humaine de son patrimoine immobilier favorisant la qualité de vie des jeunes et des conditions de travail des professionnels ;
  • L’administration de ses établissements et services, la bonne gestion des budgets et son rôle d’employeur vis-à-vis des personnels qui contribuent au quotidien à la qualité de l’accueil et de l’accompagnement des jeunes.

Orientations 2017-2021

Les orientations du Projet Associatif 2017-2021 se sont construites lors de différentes séances de travail du Conseil d’administration. Elles se déclinent dans les 6 orientations suivantes :

Orientation n°1 : S’intégrer à la vie du Département :

Rester en veille sur les évolutions de l'environnement politique et de l'environnement sociétal.1

Eléments pour la déclinaison en plan d'actions :

  • Elargir l'observation du contexte en s’ouvrant au secteur médicosocial et sanitaire;
  • S’impliquer dans d'autres instances de l’économie sociale et solidaire des Côtes d’Armor ;
  • Mettre en place une cellule de veille.

Orientation n°2 : Renforcer les liens entre les associations de Protection de l’Enfance :

Contribuer à la constitution d'un regroupement des associations œuvrant dans le champ de la protection de l'enfance, fondé des valeurs communes, un partage et un engagement.

Eléments pour la déclinaison en plan d'actions :

  • Elaborer une charte relative aux modes d'interlocution avec les pouvoirs publics concernant notamment la réponse aux appels à projet ;
  • Participer à un travail en réseau quel qu’en soit le niveau (départemental, régional, national…) ;
  • Explorer et décider différents types de rapprochement, matériel, organisationnel ou structurel en fonction des objectifs poursuivis.

Orientation n°3 : Adapter l’organisation aux évolutions :

Consolider la structure de la MECS en prenant en compte la diversification et la croissance de ces dernières années en s’appuyant sur les compétences des acteurs internes et externes.

Eléments pour la déclinaison en plan d'actions :

  • Solliciter un CPOM (Contrat pluriannuel d’objectifs et de moyens) avec des objectifs précis concernant les prises en charge multiples et les besoins à venir ;
  • Penser et mettre en œuvre une nouvelle organisation institutionnelle répondant aux évolutions ;
  • Renforcer la gouvernance associative.

Orientation n°4: Promouvoir les valeurs et les projets de l’Association :

Diffuser les idées et les actions de l'association dans le secteur de la Protection de l'Enfance et au-delà.

Éléments pour la déclinaison en plan d'actions :

  • Définir et mettre en œuvre une stratégie de communication ;
  • Participer à la mise en place d’une Conférence des Présidents sur le Département des Côtes d’Armor ;
  • Travailler et s’enrichir au sein des réseaux.

Orientation n°5 : Assurer la pérennité de l’Association et de sa gouvernance :

Etoffer l'équipe des bénévoles, dirigeants associatifs ou adhérents, pour dynamiser la vie associative et préparer l’avenir.

  • Mobiliser et accueillir des personnes aux profils et compétences variés ;
  • Construire une stratégie de communication avec des outils adaptés ;

La concrétisation de ces orientations doit s’appuyer sur une concertation permanente du Conseil d’Administration avec la direction de l’Institution.

Evaluation du projet associatif

Le projet associatif est, par nature, évolutif. Révisé tous les 5 ans, il est actualisé chaque année par le Conseil d’Administration qui dresse le bilan des actions conduites durant l’année écoulée et planifie les actions de l’année à venir.

Tous les aspects couverts par les missions, les finalités et les orientations du projet associatif entrent dans le champ des évaluations internes et externes, telles que préconisées à l’article L.312-8 du Code de l’Action Sociale et des Familles qui précise que :

« Les établissements et services mentionnés à l'article L. 312-1 procèdent à des évaluations de leurs activités et de la qualité des prestations qu'ils délivrent, au regard notamment de procédures, de références et de recommandations de bonnes pratiques professionnelles validées ou, en cas de carence, élaborées, selon les catégories d'établissements ou de services, par l'Agence nationale de l'évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (ANESM). Les résultats des évaluations sont communiqués à l'autorité ayant délivré l'autorisation. »

Les démarches d’évaluation interne et externe seront construites et mises en œuvre périodiquement au regard des recommandations de bonnes pratiques professionnelles de l’ANESM.

Le projet d’établissement se doit d’être en totale pertinence avec les orientations du projet associatif.