Projet Associatif 2012 - 2016

En tant qu’association loi de 1901, l’ENVOL a fêté en 2010 son trentième anniversaire. Sa vocation d’accueil et d’accompagnement de jeunes remonte à plus de 200 ans.
Le projet de l’ENVOL a été mis au point par son Conseil d’Administration d’avril 2009 à avril 2010. Durant cette période, l’institution élaborait la synthèse de sa démarche d’évaluation interne et procédait à la nomination d’un nouveau directeur, suite au départ en retraite de Philippe STRIDE.
Elément essentiel pour l’avenir et la vie de l’ENVOL, son projet associatif a été naturellement construit en concertation avec l’ensemble de ses administrateurs, mais également avec l’équipe d’encadrement et les salariés membres du groupe transversal de l’établissement lors de la journée de travail du 13 juin 2009.

Raison d’être et portée du projet associatif

Le projet associatif constitue un repère à échéance 2016 pour l’ENVOL. Repère pour ses administrateurs, la direction, les cadres et le personnel de ses établissements et services :

  • par la proposition et le partage continuel de ses valeurs, affirmées comme un ensemble de références communes pour l’action,
  • par l’expression de sa mission et de ses finalités au regard de la richesse de son histoire, des droits inaliénables des enfants, de la compréhension de leurs besoins, du cadre législatif et réglementaire et des orientations définies à l’échelle des territoires régionaux et départementaux,
  • par l’énoncé des principes qui guideront l’établissement de partenariats utiles avec des acteurs parties prenantes de la création, de la mise en pratique et de l’évaluation des dispositifs de protection et d’éducation des jeunes en difficulté, de soutien à leurs familles,
  • par l’affirmation des principes fondamentaux de gouvernance et des repères nécessaires pour assurer la stabilité et la continuité des modes de management et de gestion,
  • par la planification des actions qui seront conduites à court, moyen et long terme,
  • par la définition des conditions de son évaluation.

Le projet associatif permet donc, en particulier :

  • de relier le présent au passé et de se projeter dans le futur (5 ans et plus),
  • de réaffirmer la dimension militante de l’Association,
  • d’identifier les projets à conduire (projets de développement, partenariats, …)
  • d’être visibles en faisant entendre et comprendre à tous qui nous sommes et ce que nous voulons être,
  • d’adresser une parole à l’ensemble des personnels pour appuyer et étayer leurs actions au mieux de l’intérêt des jeunes confiés, pour leur dire : ce que nous aimerions être ensemble, quelles attentes nous avons à l’égard de leur organisation et du management institutionnel et comment nous devons travailler ensemble,
  • de préciser le cadre des relations et des coopérations avec toutes les parties prenantes externes de l’ENVOL : ses partenaires institutionnels, les acteurs réguliers du secteur avec qui nous devons travailler ou voulons travailler en priorité, les autres acteurs économiques et sociaux avec qui nous devrons imaginer et explorer des champs de coopération.

Le projet associatif répond à la question « Comment l’ENVOL peut-elle être reconnue
dans son domaine comme un acteur de référence porteur d’une dynamique à l’échelle de la région ? »
Il est donc à la fois « initiateur de projets » (et donc point de repère pour ceux qui les développent), « outil de reconnaissance », « accompagnateur de changements ».
Il conserve la mémoire du fil qui relie l’ENVOL d’aujourd’hui et la congrégation d’hier.
Il clarifie le lien entre l’engagement militant et la réalisation des missions des établissements et services.
On se réfère au projet associatif dans toutes les situations, où il faut savoir agir de manière cohérente, en s’appuyant sur des fondements solides, des valeurs, des principes d’actions qui auront été préalablement clairement déterminés et partagés. Il renforce tout particulièrement la capacité à être réactif et pertinent en cas de crise ou de mutation.

Missions et finalités

Association régie par la loi du 1pleinement dans le dispositif d’action sociale en mettant en œuvre « toute action permettant le développement, la promotion et l’épanouissement des enfants, adolescents et adultes, en particulier ceux qui souffrent d’inadaptation, de handicap ou d’exclusion. »
Historiquement implantée dans le département des Côtes d’Armor, son action concerne le territoire administratif de la Région et se réfère à des schémas régionaux et départementaux.
La mission de l’ENVOL est d’abord de répondre aux besoins des jeunes en difficulté qui lui sont confiés, de les aider à grandir et à s’insérer dans une société multiculturelle parfois intolérante et trop souvent vecteur de précarité et d’exclusion. L’expression « jeunes en difficultés », concerne une très grande diversité de jeunes et de situations de plus en plus souvent caractérisées par le cumul de problèmes et la précocité : la détresse des adolescents, voire des enfants, se traduit par des actes de plus en plus graves, exprimant une violence à l’égard des autres ou retournée contre soi-même. Ces situations sont révélatrices d’un état de handicap social.

L’ENVOL veut apporter des réponses à ces jeunes qui souffrent de carences éducatives et, de plus en plus fréquemment, de pathologies installées, exprimant une grande souffrance par des comportements délinquants ou addictifs. Ces comportements, souvent sur le mode de l’agression,peuvent mettre les autres jeunes en danger. Ils entrainent généralement un mode de relation aux adultes littéralement épuisant et un rapport à la structure susceptible de générer l’exclusion.

L’ENVOL a pour finalités :

  • Ecouter, accueillir, accompagner et protéger les jeunes dans des structures d’accueil et d’hébergement diversifiés, mais aussi en proposant des services et des solutions « sur mesure ».De telles solutions font appel à la pluridisciplinarité, allient les soins et le soutien éducatif, favorisent la médiation familiale et s’inscrivent dans un travail partenarial et complémentaire avec d’autres institutions.
  • Accompagner les familles et contribuer à tisser des liens intergénérationnels.
  • Apporter des réponses en matière éducative intégrant l’apprentissage du dialogue, du respect, du « prendre soin », de la responsabilité, de la reconnaissance et de la réciprocité.
  • Aller plus loin, pour réfléchir, concevoir et créer des solutions d’accueil et d’accompagnement innovantes pour des jeunes en ruptures qui ne veulent de personne et dont personne ne veut.En tant que bénévoles, les membres de l’Association, veulent contribuer à la défense et à la reconnaissance des droits des jeunes. Cet engagement oriente fondamentalement le projet de l’ENVOL et constitue un régulateur permanent de ses activités et de ses projets. L’ENVOL veut également être reconnu par ses partenaires comme une force militante, solide et inventive qui porte haut le fanion de la protection de l’enfance, s’appuyant sur son expertise et son histoire. Force d’ouverture et d’anticipation, acteur impliqué dans la vie de la cité, elle est force de proposition face aux besoins actuels et émergeants des jeunes et de la société.

L’ENVOL participe donc aux réflexions et aux échanges, à l’échelle départementale et régionale concernant la définition des solutions d’accueil, d’intégration, d’accompagnement.
En affirmant son engagement militant, l’ENVOL a la volonté de faire partager ses idées au service des enfants accueillis. Une telle démarche est fondée sur un idéal et sur des valeurs humanistes considérées comme références pour l’action. La volonté de convaincre et de recueillir l’adhésion vise à inciter à une mise en pratique tenant compte des réalités humaines et sociétales.
Le Petit Robert définit le militant comme « celui qui lutte activement pour défendre une cause, une idée ».
On peut également citer le sociologue Michel Autès qui, à propos du travail social, parle de « militants de la cause de l’autre, la plus noble des militances puisqu’il ne s’agit pas de parler à sa place mais de lui permettre de devenir un être de parole, sujet, citoyen, acteur ».
Enfin, soucieuse du respect des réglementations en vigueur, l’ENVOL :

  • assure la gestion de son patrimoine immobilier pour favoriser la qualité de vie des jeunes et la qualité des conditions de travail des professionnels,
  • administre ses établissements et services, veille à la bonne gestion des budgets et assure en particulier son rôle d’employeur des personnels qui contribuent au quotidien à la qualité de l’accueil et de l’accompagnement des jeunes.

Références communes pour l’action

Une conception de la personne reconnue dans son identité,dans ses relations familiales et sociales de proximité, son unicité, sa singularité,

« Une personne singulière, acceptée par elle-même et par les autres, apte à une action elle-même intégrée à une tâche communautaire et soustendue par des valeurs cohérentes »dans sa citoyenneté

Michel LEMAY

« Le respect, c’est la capacité à traiter autrui comme soi-même et
noO.ABEL d’après Paul RICOEUR
Une qualité de présence à l’autre : un respect de la personne, une attention, une disponibilité dans l’écoute, une attitude qui lui renvoie le sentiment de sa propre valeur. Une conception de la communauté : le groupe où le respect de l’autre et l’attention à son égard permettent le droit à la différence ; l’équipe, lieu d’échange, de complémentarité, de coordination, recours pour chacun ; l’institution cultivant la communication à l’interne, comme à l’externe.

Primauté de la parole : la réflexion et l’expression plutôt que la réaction ; l’écoute de l’autre dans ce qu’il essaie de dire pour l’aider à exprimer ce qu’il ressent.

« On est dans un monde d’humains, de parole et d’échange, dans lequel on réagit
par rapport à toutes sortes de contraintes, de violences ; même si c’est difficile pour nous, il faut qu’on fasse vivre cela très fortement dans notre parcours. »
« On est beaucoup confronté à la violence, et une des raisons, c’est que souvent, ces jeunes là, n’ont pas accès aux mots pour exprimer leurs émotions, donner du sens à ce qu’ils vivent intérieurement. » « C’est quand le jeune a des problèmes qu’il a encore plus besoin d’aide. A partir d’où un humain peutil être rejeté de la communauté parce qu’il n’y a plus rien à faire » Pour une éthique de l’action : l’engagement personnel à l’égard de ses responsabilités ; la cohérence et la persévérance face aux difficultés ; la recherche de la qualité, le développement du savoir-faire ; l’inscription dans une cohésion et solidarité d’équipe ; préparer les jeunes à la société de demain, participe à la prise en considération des enjeux du développement durable. Une conception de l’institution : associant étroitement l’action et la réflexion, créative, innovante, porteuse de propositions, ouverte, lisible, développant des actions en partenariat, garante du soutien et des moyens donnés à ses acteurs.
Affirmation d’une responsabilité
« Une institution qui se donne les moyens d’innover, de proposer et pas seulement
de répondre aux attentes des pouvoirs publics » d’acteur engagé et militant au sein de la société.
« … il y a des hommes, la « terre des hommes », scène où, avec huit milliards d’autres, tu vas jouer ton rôle. Ce rôle n’est pas déjà écrit. »

Albert Jacquard

Une société où vit l’enfant :où sont pris en compte ses droits et sa qualité de citoyen ; où il apprend à respecter les règles et à en construire d’autres en pleine autonomie ; où est considéré comme essentiel l’accès au savoir et à la culture Laïcité et spiritualité :Un espace de liberté de penser, de vivre ses valeurs, où démocratie, respect et tolérance sont des valeurs « Cette portion d’humanité que
porte tout humain »fondamentales.
La pluralité des opinions, convictions et croyances des acteurs de l’Envol, les valeurs spirituelles qui les animent, considérées comme une richesse. « Je crois que notre force morale comme notre intelligence seront d’autant plus épanouies que notre capacité à penser sera grande. Mon combat vise précisément à ce que chacun ait les plus grandes possibilités d’épanouissement et d’autonomie auxquelles il est possible d’accéder par un large usage de la liberté de pensée, laquelle n’est pas concevable sans un effort constant de connaissance. »

Michel MORINEAU

Orientations 2012-2016

Au regard des enjeux, des politiques des partenaires institutionnels, le projet associatif 2012-2016 de l’ENVOL se déploiera selon 5 orientations :

  • Concevoir et mettre en œuvre de nouveaux services pour apporter des réponses réactives, sur mesure et de proximité, face aux besoins identifiés
  • Participer à l’instauration d’une dynamique de réseau pour proposer un ensemble de services complémentaires et répondre ainsi au plus près des besoins de chacun
  • Entretenir le dialogue avec les salariés pour réfléchir, assurer ensemble la qualité des prestations, comprendre et intégrer les évolutions du contexte économique et social
  • Renforcer l’Association pour lui permettre d’assurer continuellement son rôle en matière de gestion et de développement de l’institution
  • Communiquer pour mettre en valeur l’institution, affirmer sa présence, ses engagements et ses activités

La mise en œuvre de ces orientations concerne l’Association et l’ensemble de ses établissements .
Il appartient au Conseil d’Administration, en concertation permanente avec le directeur de l’institution, de veiller à la concrétisation de ces orientations.

Concevoir et mettre en œuvre de nouveaux services pour apporter des réponses réactives, sur mesure et de proximité, face aux besoins identifiés.

En concevant et en mettant en œuvre de nouveaux services, l’ENVOL souhaite se positionner par rapport aux besoins émergeants et intégrer les évolutions de la société. Ces nouveaux services seront définis au regard des besoins territoriaux et en concertation avec les acteurs en charge des politiques publiques dans les domaines sociaux et de la santé (par référence notamment au schéma départemental, aux orientations de l’Agence Régionale de Santé et à toute priorité définie par des partenaires institutionnels).

L’ENVOL renforcera ses capacités de détecter les besoins nouveaux, en particulier de proximité, par un dialogue entretenu avec les acteurs locaux.
L’ENVOL encouragera les initiatives de ses équipes. Elle les incitera à innover, à expérimenter de nouveaux champs de prestations, à développer de nouvelles pratiques éducatives, à faire émerger de nouveaux savoir faire, à travailler en complémentarité en s’appuyant sur les compétences acquises.

L’ENVOL sera aussi amené à initier de nouvelles coopérations.

Les projets qui seront déployés s’inscriront, chaque fois que possible, dans la continuité des activités existantes pour les compléter, les déployer ou les adapter. On peut citer, à titre d’exemples, quelques pistes de réflexion :

  • Développement d’interventions d’éducateurs en milieu scolaire pour compléter
  • Proposition d’un soutien ponctuel, individualisé à destination des enfants et des l’action des enseignants familles (pour éviter les placements traumatisants et onéreux ; par exemple dans le cas d’enfants hyperactifs).
  • Mise au point de prestations et de partenariats en réponse à des besoins conjugués de protection et de soins.

Les nouveaux services feront l’objet des habilitations requises et de modes de financement conventionnés définis au regard de la nature des prestations effectuées. A cet égard de nouveaux modes de prise en charge ou des prises en charges complémentaires devront être envisagés en tenant compte des évolutions des dispositifs départementaux et régionaux applicables.
La mise en œuvre de ces nouveaux services s’inspirera donc des principes suivants :

  • Apporter des réponses au plus près du besoin de chaque usager, qui collent à la réalité du terrain, qui la prennent d’abord en compte, dans l’intérêt de la personne accueillie et après mûre réflexion de son projet. Cette démarche passe par la pratique d’une écoute et d’un dialogue permanents.
  • Considérer en toutes situations l’égalité des chances et des traitements.
  • Etre force de proposition, être réactifs et innovants pour trouver des solutions au plus près de chaque jeune, mais aussi pour appréhender des situations nouvelles ou spécifiques ou pour résoudre les problèmes au quotidien. Cette réactivité est fondée sur l’action du Conseil d’Administration et sur celle de ses établissements et services.
  • Développer le travail inter-services et inter-associations.
Participer à l’instauration d’une dynamique de réseau pour proposer un ensemble de services complémentaires et répondre ainsi au plus près des besoins de chacun.

La référence à la loi du 5 mars 2007 incite à défendre la notion de « projet pour l’enfant – projet pour la personne ». L’ENVOL veut donc développer les possibilités de proposer des réponses globales au regard des besoins et de l’état de la personne accueillie pour assurer la protection et l’accompagnement des jeunes en difficulté en contribuant activement à éviter les exclusions des systèmes éducatifs, sociaux, médicaux ou médico-sociaux.

De telles réponses incitent les acteurs intervenant dans ces différents domaines à agir ensemble.
Elles nécessitent le repérage des savoir-faire des différentes institutions. Elle vise à ne plus être en situation de proposer « par défaut ».

L’ENVOL travaillera donc étroitement avec les autres institutions du secteur ou des domaines connexes. Elle souhaite ainsi s’inscrire dans un dispositif cohérent au sein du département et de la région. Elle fondera des partenariats solides pour faire valoir la complémentarité des compétences.

Les partenariats se noueront autour de projets communs et se déploieront de façon concertée en s’appuyant sur les compétences, la diversité et la complémentarité des institutions.

Les premières expériences de coopération pourront constituer le ferment de la création d’un concept qui les réunisse, serve de cadre à leurs réflexions communes, au partage de leurs expériences, à l’élaboration de dispositifs concertés.
Un tel concept pourra également servir de support pour optimiser les moyens techniques et humains.

Sa création sera la résultante d’une démarche progressive conduite dans le respect de l’identité de chacun. Le premier stade de cette démarche visera à renforcer la connaissance et la confiance mutuelles pour permettre de dépasser les soupçons d’hégémonie et les réflexes de repli sur soi qui sont souvent liés à une perception de l’autre comme étant un concurrent.
L’ENVOL veut jouer un rôle moteur en suscitant des échanges, des travaux et des projets communs avec d’autres associations.

Entretenir le dialogue avec les salariés pour réfléchir, assurer ensemble la qualité des
prestations, comprendre et intégrer les évolutions du contexte économique et social.

La connaissance et la reconnaissance réciproques des salariés et des administrateurs sont des conditions indispensables pour assurer la qualité de prise en charge des jeunes accompagnés par l’institution, réaliser et faire vivre son projet associatif.

L’Association doit être « accessible » aux professionnels qui doivent eux-mêmes partager ses valeurs, pouvoir comprendre ses missions et ses finalités, décliner ses orientations au travers de leurs actions.
Il est également essentiel que les professionnels aient conscience du rôle et de la solidité de l’Association qui doit encourager, alimenter et soutenir leur engagement.

L’équipe de direction et les professionnels participent à faire émerger des besoins. Le Conseil d’Administration s’alimente de leurs constats, analyses et propositions.
Des temps d’échanges, de rencontres, de dialogue, mais aussi de convivialité, sont donc indispensables. Ils seront organisés régulièrement.
Pour assurer le partage et la réalisation du projet associatif de l’ENVOL, il appartient à chacune et à chacun, administrateurs et salariés, de trouver les postures appropriées dans un souci de dialogue, d’équilibre, de souplesse, de sécurité.

Renforcer l’Association pour lui permettre d’assurer continuellement son rôle en matière de gestion et de développement de l’institution.

La diversité et le nombre des membres de l’Association, d’origines et de métiers différents, sont des facteurs indispensables de dynamisme.
C’est ce qui permet d’assurer, dans la durée, l’existence d’une équipe d’administrateurs motivés, apporteurs de points de vue et d’expériences divers, en capacité d’apprécier les besoins, de discerner et d’impulser des projets pertinents, de porter le projet associatif, de fixer un cadre clair aux établissements et services, de dialoguer avec leurs directions et leurs salariés, d’apprécier les résultats et d’évaluer l’institution dans son ensemble. Dans cette perspective, les administrateurs sont amenés, par exemple, à participer avec les salariés et les usagers à des travaux thématiques, aux réunions du conseil de la vie sociale, à construction et à l’évaluation des projets d’établissement.

C’est aussi ce qui favorise la disponibilité nécessaire pour écouter et observer les évolutions du contexte. Il est en effet important que les administrateurs nouent et entretiennent des relations avec d’autres associations ou organismes pour échanger des informations et participer à l’émergence et à la mise en place de nouveaux projets.
L’Association élargira le cercle de ses membres pour assurer la continuité de son action, pour renforcer ses domaines d’expertise par l’apport des compétences de ses membres, mais également pour ouvrir la voie à de nouvelles pistes de développement dans les domaines éducatifs et culturels.

L’Association organisera son fonctionnement autour de l’action permanente de son Conseil d’Administration pour permettre d’assurer à la fois une répartition des tâches, une ouverture permanente vers l’extérieur et l’intégration active de nouveaux membres. L’organisation du Conseil d’Administration permettra également d’assurer la transmission progressive des responsabilités statutaires et fonctionnelles confiées à ses membres, ainsi que des savoirs qui les sous-tendent.

Pour conforter son action, l’Association s’appuiera sur sa participation à la Convention Régionale des Associations de Protection de l’Enfance (CoRAPE). Un administrateur sera désigné comme correspondant de l’Association auprès de la CoRAPE. Il représentera l’Association dans les réunions. Il contribuera à tenir le Conseil d’Administration informé des faits marquants de l’actualité du secteur et des informations susceptibles d’éclairer l’Association pour réaliser et faire évoluer son projet.

Communiquer pour mettre en valeur l’institution, ses engagements et ses activités.

Dans un contexte d’hyper médiatisation, où l’information revêt un caractère de plus en plus éphémère, il est nécessaire de penser et d’organiser des actions de communication destinées à promouvoir l’institution, à affirmer ses engagements, à faire reconnaître la pertinence et la qualité de ses activités.

En développant des actions de communication cohérentes et suivies, l’ENVOL doit être plus et mieux connue et reconnue. Une telle démarche contribuera en particulier à répondre aux besoins de mettre en valeur ses activités et ses projets, d’être mieux identifié par l’ensemble des parties prenantes avec lesquelles des relations sont souhaitables, d’intéresser et si possible d’inciter de nouvelles adhésions.

Il est important de faire savoir la qualité des services, de montrer à l’extérieur que l’ENVOL existe en tant que force de projet, d’affirmer qu’elle est forte de ses convictions. La communication est une carte maîtresse pour pérenniser l’ENVOL.
Une approche « professionnelle » sera déployée dans le cadre d’un plan de communication soumis à la validation du Conseil d’Administration. Ce plan sera régulièrement actualisé et évalué. Il fera apparaître un ensemble d’actions de communication au service d’une intention et de messages clairement exprimés et déclinés selon leurs destinataires. Il intégrera l’utilisation des réunions ou manifestations existantes comme supports naturels de rencontre et de communication.

Vie du projet associatif

Le projet associatif se concrétise au travers des actions. Il s’agit des actions définies et portées par le Conseil d’Administration et des actions qui figurent dans le cadre du projet d’établissement, lui-même validé par le Conseil d’Administration. Le projet d’établissement est donc totalement en pertinence avec les orientations du projet associatif.

Le projet associatif est, par nature, évolutif. Révisé tous les 5 ans, il est actualisé chaque année par le Conseil d’Administration qui dresse le bilan des actions conduites durant l’année écoulée et planifie les actions de l’année à venir.
Tous les aspects couverts par les missions, les finalités et les orientations du projet associatif entrent dans le champ des évaluations internes et externes, telles que préconisées à l’article L.312-8 du Code de l’Action Sociale et des Familles qui précise que :

« Les établissements et services mentionnés à l'article L. 312-1 procèdent à des évaluations de leurs activités et de la qualité des prestations qu'ils délivrent, au regard notamment de procédures, de références et de recommandations de bonnes pratiques professionnelles validées ou, en cas de carence, élaborées, selon les catégories d'établissements ou de services, par l'Agence nationale de l'évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (ANESM). Les résultats des évaluations sont communiqués à l'autorité ayant délivré l'autorisation. »

Les démarches d’évaluation interne et externe seront construites et mises en œuvre
périodiquement au regard des recommandations de bonnes pratiques professionnelles de l’ANESM.